Soemone Pierre

Oeuvre sur papier, Peinture

03082022

Acrylique et papier sur lin (130 x 90)3570

Simulation en Leasing

11032023

Acrylique industrielle, encres et karsheur sur coton (130 x 180)6195

Simulation en Leasing

160432017

Encres sur lin (130 x 90)3570

Simulation en Leasing

29082022

Gesso et karsher sur lin (130 x 90)3570

Simulation en Leasing

20032019_1

Encre sur papier Arches (71 x 55)

20032019_2

Encre sur papier Arches (71 x 55)420


Rendez-vous vidéo

Recevez ma sélection adaptée à votre projet

Paiement en ligne

Colissimo à domicile ou relais

Oeuvre originale avec certificat d'authenticité

7 jours pour changer d'avis

Pierre Soemone

Pierre Soemone peint depuis plus de 25ans, il rencontre le graffiti à 13 ans et en garde aujourd’hui, sa spontanéité, sa force et un goût pour l’accident. Sa peinture questionne l’érosion contemporaine. Ces traces que nous ne regardons plus, celles inscrites dans notre inconscient collectif et notre quotidien : des marques urbaines qu’il collecte de manière photographique. Le décapage des graffitis, les frottements, l’usure et l’effritement sont autant de textures, de transparences et de traces que l’on trouve dans ses œuvres. Il y affirme une vision brute et non figurative. Le geste y devient essentiel, le lettrage issu du graffiti s’estompe au profit de l’abstraction. Techniquement, il s’émancipe de l’aérosol et adopte une forme d’artisanat, un travail du papier, des encres, des bains de teintures et de l’acide réintroduisent l’accident dans ses créations et le karcher n’est jamais bien loin.

 

 

 

Pierre Soemone has been painting for more than 25 years. He fell into graffiti at 13 years old and its spontaneity, its strength, and a taste for the accident stayed with him. His painting questions contemporary erosion. These traces that we no longer look at, those inscribed in our collective unconscious and our daily life: urban marks that he collects photographically. The stripping of graffiti, frictions and decay are all textures, transparencies, and traces that we find in his work. He affirms a raw and non-figurative vision. His gestures and movements become essential, the lettering from graffiti fades away in favor of abstraction. Technically he emancipates himself from the spray and adopts a form of craft, he works with papers, inks, dye baths and acid that enable him to reintroduce the accident in his creations and the karcher is never far away.